Saintélyon 2018 : le récit de ma course

La Saintélyon est un mythique trial nocturne qui se déroule chaque année entre Saint-Etienne et Lyon. L’épreuve culte de 72 km fascine les participants qu’ils soient en solo ou en relais. Elle compte 7 formats de trials dans des conditions météo difficiles entre la neige, la nuit et le froid. Inspirée par mon entourage, j’ai décidé de participer à la course Saintélyon 2018. Je vous livre aujourd’hui le récit de ma course et quelques conseils de préparation afin de courir comme un champion.

Bien se préparer avant de se lancer

La préparation doit être progressive, il n’est donc pas question de commencer avec plus de 50 km en sortie longue. Très important, la préparation Saintélyon demande une cure de vitamine accompagnée de gelée royale, le but est de se préparer et de courir avec une bonne niaque. De temps en temps, il est recommandé de faire une sortie à jeu afin que l’organisme puise dans ses réserves. Aussi, lors de la préparation Saintélyon, j’ai progressivement doublé de kilométrage et commencé un entrainement biquotidien. Une petite astuce est de s’entrainer en côte pour travailler ses cuissots.

De plus, pendant la préparation trail Saintélyon, il ne faut rien laisser au hasard et prévoir toutes les contraintes possibles. Ainsi, je me suis concentrée sur une seule chose, l’effort. J’ai enregistré et découpé la course à pied Saintélyon 2018 soit les 72 km en plusieurs parties et mémorisé les dénivelés sur chaque partie. Ma stratégie était simple, pendant la première partie du trial, il serait question de monter léger et de s’économiser en buvant moins ou pas d’eau. L’objectif étant de terminer la course.

L’équipement nécessaire pour la Saintélyon

Le trial de Saintélyon équipement nécessite des bonnes chaussures running, une veste et une frontale. Il est aussi important de prévoir un sac ou une ceinture. Personnellement, je préfère le sac, il tient au chaud contrairement à la ceinture. Pour l’alimentation, je l’ai préparé en fonction des segments et de ma stratégie. Surtout, il faut bien ranger les barres et gels, les garder toujours à portée de main. Je m’alimentais toutes les heures avec une barre, des fois j’y ajoutais un gel. On m’a recommandé de garder les gels pour la fin de la course, car ils sont faciles à avaler et boostent dans les derniers tronçons.

La montre cardio est aussi indispensable, elle permet de mieux se concentrer sur son temps, la distance et le rythme cardiaque. Elle m’a permit de moins me concentrer sur mon allure et de ne pas me mettre au rouge.

Le jour de la course

Avant la course, j’étais confiante et sereine. Je m’étais bien préparée mentalement, physiquement, je suis donc restée zen et je suis partie sans trop me gaver avec des plats lourds. Sans trop me précipiter, je gérais ma course à pied Saintélyon 2018 à mon rythme avec patience sans trop suivre les autres qui partaient en fonçant sur les 1er km. La patience était ma plus grande arme dans la première partie puis dans la deuxième, j’ai commencé à remonter les places tout en m’économisant.je m’hydratais et m’alimentais toutes les heures afin d’éviter la fatigue.